De trop nombreuses personnes migrantes sont à la rue : c’est dur tous les jours, mais maintenant qu’il neige et fait très froid, coucher dehors, c’est risquer sa vie. Vous trouverez ci-dessous un modèle de courrier à envoyer…

 

Nous avons été quelques-un-e-s à ce genre de message aujourd’hui par mail, fax ou papier aux élu-e-s de la Ville de Paris. Il a été écrit pour évoquer les jeunes dont nous savons qu’ils couchent dehors, mais peut être adapté pour toutes et tous les autres migrant-e-s… Apparemment, ce soir, MSF a ouvert des lits, mais la question reste posée pour les jours qui viennent, et pour la suite…

 

Madame, Monsieur,

Habitant-e du 20ème arrondissement, piéton-ne de Paris, je suis indigné-e par le fait que de jeunes mineurs en cours de procédure soient à la rue, d’autant que le temps hivernal aggrave leurs conditions de vie.

Il semble que les places d’hébergement notoirement insuffisantes le soit d’autant plus actuellement.

Ne pouvez vous pas ouvrir les gymnases ou autres lieux pour les accueillir ?

Ne pouvez vous pas respecter le droit qui normalement protège les mineurs ?

J’espère pouvoir continuer à faire confiance aux élus de la Ville de Paris et qu’ils et elles auront à cœur de trouver rapidement une solution humaine pour mettre à l’abri ces enfants en détresse.

Cordialement,